LES JEUDIS DE L’A.P.M.

Psychopathologie de L’Hypermodernité

Cycle de conférences 2018 – 2020
Session 2019-2020

Geneviève Vialet-Bine,  Houchang Guilyardi,  Betty Testud

Nous vivons en un temps particulièrement curieux.
Nous découvrons avec surprise que le progrès
a conclu un pacte avec la barbarie »
                                                  S. FREUD


Nous interrogerons dans ces conférences mensuelles les liens et résonances entre pathologies nouvelles et désordres somatiques et psychiques, avec notre modèle civilisationnel régi par le discours anonyme et omniprésent du marché, rabattant le désir sur la demande.
 
Demande stimulée par les progrès de la science, de la technique et de la médecine, soutenant par leur logique et leurs succès la mise en place d’un savoir supposé capable de répondre à tout.
 
Un pouvoir du « tout possible » qui permettrait d’échapper à la castration, ouvrant à une économie de la jouissance abrasant limites et interdits.


Nous nous proposons d’y explorer :

  •          Addictions de toute nature en inflation, avec leur mode de jouissance lapidaire, court-circuitant un sujet hyper consommateur et hyper connecté. 
  •          Troubles dans le genre, de moins en moins assuré, dans une désorientation sexuelle fragilisant l’inscription des corps, modifiables sur demande, entre réparation et « augmentation », rien ne paraissant plus ordonner le rapport au monde de sujets déboussolés.
  •          Malaise dans la bioéthique et la procréation : le réel impossible à supporter : les verrous inconscients et l'enfant à tout prix, enfants objets de la science, et plus tard de la médecine …et des manuels diagnostiques.
  •          Malaise dans la transmission et dettes impayables, sauf à travers livres de chair et somatoses, livrés à des institutions soignantes soumises à l’épreuve de l’hyper modernité.


Ne revient-il pas aux psychanalystes d’accompagner ces mutations et leurs conséquences sur le devenir de sujets pris dans ces logiques acéphales, afin de mieux entendre ce qui se joue dans la réalité psychique de nos patients, l'éthique analytique comme acte de résistance à ces dérives, naufrages de nos subjectivités ?

Programme

Les conférences se tiennent dans les locaux de l’hôpital Fernand Widal, salle Modulaire.
200 rue du Faubourg Saint-Denis, 75010 Paris (métro Gare du Nord)
Plan d'accès
d'octobre 2019 à juin 2020, le 2ème jeudi du mois de 21h à 23h, entrée à 20h 45 précises.
 
Autres intervenants prévus : Geneviève Vialet-Bine, Psychanalyste, Jean-Pierre Winter, Psychanalyste, Jean-Pierre Lebrun, Psychiatre et psychanalyste, Roland Gori, Psychanalyste et professeur émérite des Universités, Houchang Guilyardi, Psychiatre et psychanalyste, Président de l'Association Psychanalyse et Médecine

14 novembre 2019

Nicole-Edith THEVENIN

"Procès de travail, division du sujet et fonction de la politique "

Nicole-Edith THEVENIN est philosophe et psychanalyste, maître de
conférence honoraire à l¹Université de Paris-Ouest. Auteur de: « L¹inconnu devant soi» éd. Kimé, 1991, « Le prince et l'hypocrite » Syllepse, 2006

Comment le procès de travail structuré par le rapport de force entre force de travail et capital reproduit-il pour le sujet un antagonisme qui le divise en lui-même entre un désir de reconnaissance qui porte le risque  de le soumettre à la puissance de l'Autre et une "pulsion anarchiste" qui travaille à le délier de cette soumission et le confronte à ne pas "céder sur son désir"? 

En conséquence, comment la question  politique vient-elle étayer ou au contraire "déprimer" le processus d'élaboration de cette division?

Présentée par Claude GUY, psychanalyste, membre du Comité de rédaction du Coq-Héron.
Discutante : Docteur Dominique Beaumont, psychanalyste, membre de l¹APM

10 octobre 2019

Olivier Douville

"Pour une anthropologie clinique de notre monde contemporain"

Olivier Douville est psychanalyste, membre d'Espace analytique et de l'Association Française des anthropologues.


Comment, aujourd’hui, envisager les dialogues possibles entre anthropologie et psychanalyse, sans céder à une facilité nostalgique pour le supposé ordre symbolique ancien? La globalisation capitaliste du monde et le marché des identités dominent le monde. Une lecture de plus en plus neurobiologique de l’intime s’impose qui s’accompagne d’un retour de la morale comme valeur marchande. Sans céder au déclinisme, comment peut-on rendre compte des configurations singulières qui émergent en résistance et/ou en invention, aujourd’hui ?

Discutante : Marielle David, psychiatre, psychanalyste, membre d'Espace analytique et de l’APM