"SEX. Psychanalyse et sexualité "

par Houchang Guilyardi

 Sexualité et scandale.

Culpabilisation, déculpabilisation, déni.
 
Science et médecine se concentrent sur la pathologie et les organes.
L’actualité s’absorbe dans des remises en question,

transformations, revendications et injonctions.
La psychanalyse erre entre aphorismes, discours et pruderie.

La sexualité ne se résume pas à un « acte sexuel » .
Elle est bouleversement, métaphore.
Phase nouvelle de la vie du parlêtre
Actualisation majeure de la castration.

Départ de pathologies multiples,
rencontres et créations,

Mélanges et transformations.
 
Entre pratiques, théories, morales et fantasmes

Le séminaire se poursuit en 2019-2020
le 1er mercredi du mois de 10 h à 12h 30,

à partir d’octobre 2019 au local de l’APM, 
19 rue Tournefort, Paris Vème

Entre littérature savante et formules complexes,
morales et positions doctrinales,
il nous faut, encore et toujours,
ouvrir par la clinique,
recourir au réel dérangeant,
échapper au symbolique étaeint
et à l’imaginaire figé.
 
Alors, « le plus vieux métier du monde »,
N’en parlons surtout pas !

…. sauf le mercredi 2 octobre 2019 

Mercredi 4 décembre

« LGBTQ+... Traversées des frontières ou leur éclatement? »

par Francine Belle-Isle
Professeur émérite de littérature et de psychanalyse à l'Université de Québec à Chicoutimi.

Nous vivons dans un monde de plus en plus pervers, au sens analytique du terme, où le principe de contradiction est battu en brèche, où l'Autre est l'objet d'un désaveu constant, où la différence des sexes ne répond plus d'une polarité binaire, où une dynamique de "transgression" des lois de la sexuation et de la sexualité se met en place autour du "genre" et de sa négation. 
Déni de la castration, hyper narcissisme autour de l'image et de ses leurres, sexualité échevelée en même temps que désir fatigué ... Le symbolique est vraiment mal en point. 
Comment repenser les choses en termes psychanalytiques, sans tomber dans une dénonciation catastrophée et sidérante, en essayant de comprendre les données nouvelles d'une société en mutation profonde.

Mercredi 6 novembre

« L’autre, c’est toujours le féminin »

par Jacqueline Schaeffer
Psychanalyste, membre titulaire de la SPP
Elle a participé aux comités de rédaction de la Revue française de psychanalyse et des Débats de psychanalyse (PUF)
Auteur de Le refus du féminin (PUF, col. « Quadrige », 6° éd. 2013)
Direction d’un livre collectif : Qu’est la sexualité devenue ? De Freud à aujourd’hui
(Ed.In Press, col. « Psychanalyse vivante », 2019).


Fidèle à la sorcière métapsychologie freudienne, je tente, non pas de définir, ce qui serait croire à une essence, à laquelle ni Freud ni Lacan n’ont souscrit, mais de situer ce que j’entends par le féminin. Un féminin qui inclut en son sein son antagoniste, à savoir le « refus du féminin dans les deux sexes » stigmatisé par Freud au crépuscule de sa vie, en 1937.
N’appartenant pas à la galaxie lacanienne, bien que reconnaissant l’importante heuristique du paradigme RSI (exposé par Lacan en 1953 à la SPP), je vais vous faire part de quelques-unes de mes réflexions autour du féminin de et dans la sexualité, et autour de la rencontre de l’autre de et dans la sexualité.
Avec deux propositions qui me servent d’assertions :
Au-delà du phallique, le féminin
L’autre, qu’on soit homme ou femme, c’est toujours le féminin
 

Mercredi 2 octobre

« Entre représentations et réalités, qu’en est-il des besoins des travailleu.ses du sexe ? » 

par Thierry Schaffauser, travailleur du sexe et syndicaliste.