Séminaire "Sexe"

par Houchang Guilyardi


Le scandale de la psychanalyse, c’est la sexualité.
 
La science et la médecine se concentrent sur la pathologie et les organes, l’actualité s’absorbe dans des remises en question, transformations, revendications, injonctions ;
sans négliger tout emmêlés, culpabilisation, déculpabilisation et déni.
Du côté de la psychanalyse : formules, aphorismes et modération clinique. Sinon pruderie.
Il est en effet difficile , sinon périlleux, de soutenir une position : dans un temps d’opinions obligées, les représailles sont immédiates.
 
Mais la sexualité ne se résume pas à un « acte sexuel », » faire Un», entre mécanique et technique :
La sexualité est castration.
Elle est bouleversement.
Nouvelle phase de la vie du parlêtre.
 
Les difficultés de son accession,
dite « adolescente », entre autres,
inaugure le nouveau départ de pathologies multiples,
entre malaises, fracas et créations.
 
Des plantes aux animaux,
la sexualité est fondamentalement recherche de rencontre,
mélanges et transformations.
La sexualité espère la métaphore.
 
Après une première année à aller chercher l’hétérogène fort loin, avec une longue cuillère,
avec les comportements sexuels des plantes ( Christine Lafont ),
des animaux ( André Langanay ),
et de la population française (Janine Mossuz Lavau ),
nous avons voyagé dans les formules de la sexuation de Jacques Lacan ( Claude-Noële Pickmann )
et avec « amour, sexualité et fin d’analyse » (Alain Vanier).
 
Le séminaire se poursuit en 2019-2020
le 1er mercredi du mois de 10 h à 12h 30, à partir d’octobre 2019
en alternance avec les Ateliers du mercredi
et le séminaire Anthropologie et Décentrements,
au local de l’APM, 19 rue Tournefort, Paris Vème